Mémoires terminés

Baril, Jonathan
Université de Sherbrooke

Titre : La perception des institutions démocratiques au Québec dans le discours social : une perspective longitudinale, 1900-1990
Direction : Louise Bienvenue
Année : 2004

Béliveau, Geneviève

Université de Sherbrooke

Titre : Représentations du travail féminin dans les revues Châtelaine et Actualité (1960- 1990)
Direction : Louise Bienvenue
Année : 2011

Mémoire sur le portail de l’Université de Sherbrooke

Benet, Emmanuelle
Université d’Angers

Titre : Les legs aux institutions catholiques de charité dans la région de Montréal, 1840-1920
Direction : Jean-Marie Fecteau†
Direction : Jacques-Guy Petit
Année : 2004

Bernard, Mathilde
Université du Québec à Montréal

Titre : Hurons et Canadiens français : relations sociales, échanges culturels et métissages à la mission de la Jeune Lorette dans la seconde moitié du XVIIIe siècle
Direction : Jean-Philippe Garneau
Année : 2014

Mémoire sur Archipel

Bernier, Claire
Université Laval

Titre : Le rôle des élites dans la modernisation du Québec rural. L’exemple de Sainte-Claire de 1890 à 1950
Direction : Donald Fyson
Année : 2012

Mémoire sur le portail de l’Université Laval

Résumé : Ce mémoire vise à démontrer comment une municipalité du sud du Québec, Sainte-Claire, se modernise au tournant du XXe siècle. La question du rôle des élites dans ce processus est mise de l’avant alors qu’une exploration de quelques aspects du développement économique de la paroisse est réalisée. Les questions de l’électricité, du transport et de la séparation de la municipalité sont donc étudiées afin de répondre à trois hypothèses : la modernisation est un processus itératif, elle se réalise grâce à un bassin restreint d’individus et elle se fait en interrelation avec sa région. En utilisant une méthode prosopographique, puis en attribuant une cote à chaque événement relaté ainsi qu’aux différents individus impliqués, il est possible de déterminer l’importance relative de chacun des membres de l’élite dans la modernisation de Sainte-Claire. Des sources très variées ont été utilisées dans cette recherche : les procès-verbaux de la municipalité de Sainte-Claire, des photographies et des documents conservés à la Société du Patrimoine de Sainte-Claire, de la correspondance et des plans appartenant au fonds du Conseil de comté de Dorchester à la Société du Patrimoine des Beaucerons, des archives personnelles de l’entreprise d’Eugène Prévost, etc. Cette étude analyse donc le rapport entre modernité, ruralité, élite et régionalisation.

Bessière, Arnaud
Université de Rouen

Titre : La Prison du Pied-du-Courant à Montréal (1860-1890)
Direction : Jean-Marie Fecteau†
Direction : Anne-Marie Sohn
Année : 1997

Résumé : Nous nous sommes intéressé à l’un des principaux moyens d’administration de la justice pénale montréalaise au XIXème siècle, c’est-à-dire à la prison du Pied-du-Courant à Montréal. La prison est, de manière générale, l’instrument de répression de la petite délinquance, une institution de contrôle social, et de resocialisation. L’époque, en effet, est au traitement moral et cela, pas uniquement au Canada mais aussi en Europe et aux États-Unis. La présente recherche a pour but de mettre en lumière cette reconceptualisation de la peine en étudiant le fonctionnement de la prison la plus fréquentée de toute la province du Québec, et la plus vaste de toutes celles du Canada.

Bienvenue, Louise
Université du Québec à Montréal

Titre : Le rôle du Victorian Order of Nurses dans la croisade hygiéniste montréalaise
Direction : Yolande Cohen
Année : 1994

Blanchette-Janelle, Alexandre
Université de Sherbrooke

Titre : Vous avez le droit… Le processus d’élaboration et d’adoption de la Loi sur la Protection de la Jeunesse (1971-1977)
Direction : Louise Bienvenue
Année : 2008

Mémoire sur le portail de l’Université de Sherbrooke

Bodman, Valentine de
Université d’Aix-en-Provence

Titre : L’émigration acadienne au village de l’Acadie, 1755-1820
Direction : Jean-Marie Fecteau†
Année : 2004

Bordeleau, François
Bouchard-Tremblay, Mathieu
Université Laval

Titre : Les enjeux mémoriels des Zouaves du Québec 1899-1941
Direction : Aline Charles
Année : 2019

Boughton, Chris

Université d’Ottawa

Titre : The Institutionalization of Restorative Justice: A Canadian Perspective
Direction : Véronique Strimelle
Année : 2012

Mémoire sur le portail de l’Université d’Ottawa

Résumé : Restorative justice emerged in the western world as an alternative to the existing resolve criminal matters and community disputes, but rather empowered victims, offenders, and community members to do justice themselves. Throughout the past thirty years restorative justice has distanced itself from the traditional criminal justice system by focusing on repairing the harm caused by an offence rather than charging an offender for committing a crime against the state. This study focuses on the institutionalization of restorative justice. Specifically, this thesis conducts a content analysis of five Canada institutionalized restorative justice programs with the purpose of answering one primary research question. This question asks: are institutionalized restorative justice programs within Canada structured to reflect the core values of restorative justice? In order to answer this question, this thesis analyzes all the available textual documents pertaining to the five selected restorative justice programs for evidence of core restorative justice values and values associated with the co-opting institution, the retributive criminal justice system. This thesis concludes that yes, the five analyzed restorative programs are structured to reflect the core values of restorative justice. Although, the programs are also structured to reflect the core values of the current political ideology of neo-liberalism.

Bouillet, Ilan
Université de Montréal

Titre : Pierre Denaut, évêque canadien (1743-1806)
Direction : Ollivier Hubert
Année : 2017-2019

Breton, Vincent
Université du Québec à Montréal

Titre : L’émeute Gavazzi: pouvoir et conflit religieux au Québec au milieu du 19e siècle
Direction : Jean-Marie Fecteau†
Année : 2004

Burban, Christelle
Université de Rennes II

Titre : Les origines institutionnelles de la protection de l’enfance au Québec: l’école d’industrie de Notre-Dame de Montfort (1883-1913)
Direction : Jean-Marie Fecteau†
Année : 1997

Résumé
: Notre étude s’étend sur trente and à partir de la date de fondation de l’institution de Montfort, de 1883 à 1913. Pendant les trois premières années, cette institution est un orphelinat agricole, elle obtient le statut d’école d’industrie seulement à partir de 1886. L’année 1913 clôt notre période d’étude, car la correspondance des pères de la Compagnie de Marie, qui constitue une de nos sources principales, s’est interrompue à cette époque. De plus, c’est la première année complète d’opération de la cour juvénile de Montréal. À partir de son ouverture, les enfants délinquants et non délinquants doivent comparaître devant cette cour afin que le juge décide du sort de l’enfant.

Butters, Jason

Titre : The Canadian Legation to Japan
Direction : Peter Gossage
Année : 2015 – 2016

Cadieux, David
Université de Montréal

Titre : L’imaginaire évolutionniste dans les Mémoires de la Société royale du Canada (1882-1894)
Direction : Ollivier Hubert
Année : 2015 – 2017

Cadieux, Michelle
Université d’Ottawa

Titre : La place de la médiation sociale parmi les modes alternatifs de régulation du Québec. L’expérience-vécue de quelques médiateurs sociaux
Direction : Véronique Strimelle
Année : 2015

Mémoire sur le portail de l’Université d’Ottawa

Résumé : La société fait face aux diverses situations qui l’affectent en mettant en place des mécanismes de régulation qui prennent plusieurs formes. Comme il a été démontré par plusieurs recherches, les modes étatiques de régulation sociale pénale sont loin d’être les plus utilisés, au quotidien, pour contrer les situations qui peuvent causer du tort social. Plutôt, il existerait un grand nombre de mécanismes, plus ou moins formels, qui régulent la société pour minimiser les torts sociaux. En adoptant ce postulat de base, j’explore l’activité de médiation sociale du Québec comme pratique alternative de régulation des conflits du quotidien. Par une méthode qualitative et une approche phénoménologique, je tente d’accéder au point de vue des médiateurs sociaux qui sont bénévoles au sein d’organismes qui offrent des services de médiation, afin de mieux comprendre comment ils sont mobilisés et comment ils perçoivent leur rôle comme acteurs « alternatifs » de la régulation sociale.

Charest-Bourdon, Noémie
Université du Québec à Montréal

Titre : Qui va payer pour les malades indigents? : la « philanthropie d’état », du sou du pauvre à l’assistance publiques au Québec (1905-1930)
Direction : Martin Petitclerc
Direction : François Guérard
Année : 2017

Résumé : Ce mémoire analyse la mise en place des premières mesures de financement public visant la prise en charge institutionnelle de l’indigence, mesures qui venaient rompre avec la tradition non interventionniste des pouvoirs publics en matière de régulation de la pauvreté au Québec. Au début du XXe siècle, face à des demandes d’assistance de plus en plus nombreuses, la municipalité de Montréal assume un rôle grandissant auprès des institutions charitables privées et crée un département dédié à l’assistance en 1905. Dans les hôpitaux généraux de la ville, qui se médicalisent et s’ouvrent aux malades de toutes les classes sociales à partir de la fin du XIXe siècle, le problème de l’accès aux soins hospitaliers pour les plus démunis est d’abord formulé dans les termes de l’abus de la charité. La situation financière critique des hôpitaux dans les années 1910 réoriente la réflexion et mène les institutions hospitalières à revendiquer la mise en place d’un financement public systématique pour l’hospitalisation des malades indigents. Une taxe sur les lieux d’amusements, le sou du pauvre, est implantée à Montréal en 1915 afin de financer la prise en charge des malades indigents montréalais dans les hôpitaux. Or, l’importance de la fréquentation des hôpitaux de la métropole, qui soignent des malades provenant de nombreuses autres municipalités, met rapidement en évidence l’insuffisance de cette nouvelle mesure fiscale. Les administrations hospitalières font donc pression sur l’État provincial pour que soit établie une politique qui ferait contribuer l’ensemble des municipalités québécoises à l’entretien des malades indigents. Cela mène à l’adoption, en 1920, de la Loi concernant l’hospitalisation des malades indigents qui est rapidement remplacée par l’assistance publique, loi apportant une solution plus complète aux problèmes du sou du pauvre. Le système de charité publique mis en place par la Loi établissant un Service d’assistance publique en 1921 articule la structure du financement autour de la reconnaissance de l’état d’indigence par la municipalité. Le pouvoir discrétionnaire accordé aux autorités municipales engendre l’insatisfaction des administrations hospitalières. Pour apaiser les tensions, la loi est amendée en 1929 afin d’autoriser un recours en justice contre les municipalités qui refusent de reconnaître leurs indigents, sans pour autant reconnaître un quelconque droit à l’assistance. L’étude du sou du pauvre – cette politique municipale qui n’a fait l’objet d’aucune analyse jusqu’à aujourd’hui – et des politiques provinciales qui lui ont succédé en 1920 et 1921, nous permet de mettre en lumière le rôle méconnu des administrations hospitalières et du département d’Assistance municipale montréalais dans la régulation de la pauvreté et dans la formation de l’État québécois.

Mémoire sur Archipel

Charbonneau, Serge
Université de Montréal

Titre : Médiation pénale : point de vue des acteurs
Direction : Jean Trépanier
Année : 2001

Calixte, Olivier
Université Laval

Titre : Les membres de l’élite de la ville de Québec face aux maisons de débauches 1919-1939: discours, fréquentation et répression
Direction : Donald Fyson
Année : 2018

Mémoire sur le dépôt institutionnel de l’Université Laval

Chureau, Damien
Université d’Angers

Titre : La Maison d’industrie de Montréal (1836-1870)
Direction : Jean-Marie Fecteau†
Direction : Jacques-Guy Petit
Année : 1996

Résumé : Notre recherche concerne les Maisons d’industrie ou les différents projets qui n’ont pu aboutir, mais aussi quelques institutions dont les caractéristiques s’y rapprochaient étroitement mais qui ne sont pas appelées comme telles par les contemporains. Notre période de recherche s’étend sur 43 ans, de 1836 à 1870. L’année 1836 marque la première véritable expérience de Maison d’industrie à Montréal, dirigée par une association privée, même si une tentative provinciale, recensée par certains historiens, prend place quelques années auparavant en 1818. Elle coïncide également avec une période d’inquiétude face à la montée du nombre de sans-logis et des immigrants au sein de la population, pour qui ce type d’institution devient une réponse privilégiée.

Collin, Fanny
Université de Bourgogne

Titre : Ils en ont fait un fromage (au lait cru). 1980-2000, le tournant paysan ou la (ré-)invention d’une agriculture alternative
Direction : Martin Petitclerc
Direction : Serge Wolikow
Année : 2011

Collin, Marc
Université du Québec à Montréal

Titre : Mensonges et vérités dans les Souvenirs de Félix Poutré: essai d’analyse psychohistorique d’un cas de fraude historique
Direction : Jean-Marie Fecteau†
Direction : Anne-Élaine Cliche
Année : 2002

Collin, Marie
Université d’Angers

Titre : Le traitement de la série P652, fonds Centre de santé des femmes de Montréal, suivi de:L’avortement au centre de santé des femmes de Montréal: une approche et une pratique alternatives d’un acte médical 1975-1985
Direction : Jean-Marie Fecteau†
Direction : Jacques-Guy Petit
Année : 1999

Coltel, Anthony
Université d’Angers

Titre : Les habeas corpus en matière civile: le visage singulier d’une relation entre familles et asiles au Québec, 1877-1918
Direction : Jean-Marie Fecteau†
Direction : Jacques-Guy Petit
Année : 2000

Corbeil, Marc
Université du Québec à Montréal

Titre : Judiciarisation des rapports sociaux et état providence : le cas de l’aide juridique au Québec de 1950 à nos jours
Direction : Jean-Marie Fecteau†
Année : 1997

Résumé : La société québécoise a connu, dans la période 1950-1990, un essor important de sa législation et de sa réglementation. Nous serions même portés à affirmer que, comme plusieurs sociétés occidentales, le Québec a connu une véritable inflation juridique, en ce sens que la plupart des rapports entre l’État et ses citoyens se sont progressivement inscrits dans des cadres juridiques stricts.

Cette inflation juridique, durant la période concernée, a fait en sorte que le rôle des avocats québécois a évolué, dans l’élaboration d’une dynamique des rapports entre l’État et les citoyens, au point où l’avocat est devenu de plus en plus essentiel comme intermédiaire entre le législateur, créateur de normes de régulation sociale, et la population, objet de cette régulation.

La corporation du Barreau, qui bénéficie grandement de la récente inflation juridique a, croyons-nous, fortement travaillé à favoriser l’essor de son propre groupe, entre les années 1950 et 1990. En quelque sorte, le Barreau du Québec a travaillé lui-même de façon à favoriser l’inflation juridique, et ce afin de se rendre indispensable en tant qu’organe de médiation entre le citoyen et l’État. Sa lutte contre le projet d’aide juridique, dans la première partie de cette période, puis l’appui au programme dès 1976, lorsqu’il en constate les bienfaits et que l’État cherche à en restreindre l’accès, demeurent à cet égard fort probants.

De 1950 à nos jours, le Barreau a accentué son implication visant à se rendre essentiel. Dans ce mémoire, nous ne cherchons pas à savoir si la corporation a réussi un tel travail, mais plutôt à vérifier les efforts qu’elle a entrepris en ce sens.

Correa, Mauricio
Université de Sherbrooke

Titre : Analyse comparative du développement organisationnel des mouvements étudiants dans deux métropoles d’Amérique: Montréal et Bogotà
Direction : Louise Bienvenue
Année : 2010

Mémoire sur le portail de l’Université de Sherbrooke

Cournez, Séverine
Université d’Angers

Titre : La Commission de police de Montréal et les Archives du Québec
Direction : Jean-Marie Fecteau†
Direction : Jacques-Guy Petit
Année : 1996

Crevier, Claudette
Université du Québec à Montréal

Titre : État et travail des enfants au Québec [1880-1900]
Direction : Jean-Marie Fecteau†
Année : 1992

Daigle, Sylvie
Université du Québec à Montréal

Titre : L’administration du secours direct durant la crise des années 1930 à Montréal : les enquêtes de 1937
Direction : Jean-Marie Fecteau†
Année : 2012

Mémoire sur Archipel

Deschamps, François
Université du Québec à Montréal

Titre : Le radicalisme Tory à travers le prisme du Montreal Herald et la mobilisation des milices dans le district de Montréal (1834-1837)
Direction : Jean-Marie Fecteau†
Année : 2011

Mémoire sur Archipel

Résumé : L’exploration du Montreal Herald comble en partie les lacunes que révèle la revue du dossier historiographique sur l’irruption de la violence armée dans le district de Montréal en novembre 1837. Ces lacunes se ramènent toutes à la thèse de l’unité d’action du gouvernement et au ralliement de dernière minute des forces loyales. La vue d’ensemble de la période 1834-1840 permet d’abord de dégager l’axe argumentatif de ce journal radical tory : l’opposition frontale à la politique de conciliation du cabinet Melbourne et la lutte de prédominance dans laquelle il est engagé simultanément contre les meneurs du parti majoritaire, mais aussi contre les Canadiens investis de l’autorité suprême dans la magistrature, la milice et l’Exécutif. À travers le filtre de ce collectif anonyme, les miliciens, les hommes du guet et les magistrats tory réaffirment ainsi leur intention de former le seul point d’appui sur lequel, tôt ou tard, le pouvoir impérial devra s’appuyer. Les liens privilégiés qu’ils entretiennent avec l’état-major en sont la clef de voûte. Évoqué d’entrée de jeu, le recours aux armes se cristallise principalement sur les patrouilles nocturnes dans le cadre municipal naissant. Toute la stratégie organisationnelle de l’aile radicale tory s’y rapporte. A l’instar du British Rifle Corps, le Doric Club doit être ainsi considéré à la fois comme une police parallèle privée et l’avant-garde d’une faction politique. Revendiqué par le propriétaire du Montreal Herald, le rôle précurseur de ce dernier favorise le basculement du conflit politique dans la violence armée. La crise latente d’autorité envers le gouverneur culmine le 15 novembre 1837 : deux plans d’intervention distincts semblent avoir été préconisés par les autorités civiles et l’état-major. Les vues antagonistes aux plus hauts échelons de l’État se répercutent jusque dans le traitement des prisonniers politiques, prélude de l’insurrection de 1838.

Desruisseaux, Caroline

Université de Sherbrooke

Titre : La justice autochtone autogérée dans le Nord du Québec
Direction : Louise Bienvenue
Direction : Claude Gélinas
Année : 2018

Mémoire sur le dépôt institutionnel de l’Université de Sherbrooke

Dhaoui, Maha
Université d’Ottawa et Université de Sousse (Tunisie)

Titre : La démarche qualité en institut de formation en soins infirmiers: intelligence collective
Direction : Marie-Claude Thifault
Année : 2015

Dicaire, Daniel
Université du Québec à Montréal

Titre : Police et société à Montréal au milieu du XIXe siècle
Direction : Jean-Marie Fecteau†
Année : 1999

Divay, Stéphane
Université d’Angers

Titre : Le patronage Saint-Vincent-de-Paul de Montréal (1892-1913)
Direction : Jean-Marie Fecteau†
Année : 1999

Résumé : L’étude du Patronage Saint-Vincent de Paul s’avère très intéressante. Elle est d’abord nouvelle, aucune étude sur un patronage au Québec ne nous est connue et l’histoire des patronages reste donc à faire. Ensuite, elle nous permet de voir le rôle de cette institution dans le réseau charitable qui se forme à Montréal dans la seconde moitié du XIXe siècle. Notre but n’est pas d’effectuer une simple monographie de l’oeuvre : nous tenterons de répondre à plusieurs questions que soulève l’étude du patronage. Ainsi nous constatons que la plupart des grands patronages se dirigent au début du XXème siècle vers les sports de compétition, est-ce que ce sera le cas du Patronage Saint-Vincent de Paul de Montréal? En quoi se distingue des autres patronages et des autres institutions pour l’enfance en danger : se rapproche-t-il d’un orphelinat? d’un foyer? d’une école d’industrie? Nous verrons dans quelle mesure le Patronage Saint-Vincent de Paul permet au jeune apprenti d’avoir une formation solide pour être baigné dans le monde du travail et d’avoir une influence dans son avenir.

Dubé, Sandra
Université du Québec à Montréal

Titre : « Personne n’est antisémite mais tout le monde est opposé à l’immigration ». Discours des responsables politiques canadiens et québécois sur l’immigration, 1938-1945
Direction : Stéphane Savard
Direction : Pierre Anctil
Année : 2015

Rapport de recherche histoire, profil appliqué

Résumé : Au cours de la Deuxième Guerre mondiale, le Canada a fermé ses portes à l’immigration, pendant une période qui fut pourtant cruciale pour des milliers de réfugiés européens. Ce rapport de recherche a pour objectif d’analyser les discours des responsables politiques canadiens et québécois sur l’immigration entre 1938 et 1945, à l’aide, majoritairement, des Débats de la Chambre des communes et de ceux del’Assemblée législative du Québec. Le premier chapitre est constitué d’une mise en contexte historique ainsi que de l’établissement d’une grille d’analyse afin de se doter d’outils conceptuels pour analyser les discours. Les deuxième et troisième chapitres portent respectivement sur les étrangers ennemis et les réfugiés juifs.

Les discours sur les étrangers ennemis sont ainsi analysés afin de comprendre comment les différentes communautés ethnoculturelles furent perçues et comment cela affecta les mesures prises contre elles. Nous examinons également la nature des discours sur les réfugiés juifs, et l’influence de l’antisémitisme sur les politiques canadiennes, ainsi que les affirmations que le Québec était plus hostile aux réfugiés juifs que les autres provinces. Ces questions sont considérées à travers une mise en contexte aux niveaux québécois, canadien et international. Nous cherchons également à établir des comparaisons entre les discours des responsables politiques canadiens et québécois sur les étrangers ennemis et sur les réfugiés juifs.

L’analyse des discours révèle différentes thématiques dans la perception des communautés allemandes, italiennes et japonaises, les premières étant associées à une peur de la cinquième colonne, la seconde étant sujette à un racisme presque biologique. Nos recherches démontrent également que l’opposition à la venue de réfugiés juifs suscita une opposition à peine voilée au Canada et se confondait avec les discours plus généraux anti-immigration au Québec. La profondeur des débats sur l’immigration juive massive au Québec se compare avec l’hostilité exprimée envers les Nippo-Canadiens en Colombie-Britannique. Nous démontrons également que certains responsables politiques ont été qualifiés d’antisémites alors que leurs propos et actions ont parfois été pris hors contexte, sinon partiellement explorées et donc peu nuancés. »

Dubois, Pierre
Université de Montréal

Titre : Les journaux montréalais et torontois et l’adoption de la Loi sur les jeunes délinquants de 1908
Direction : Jean Trépanier
Année : 1992

Résumé : Le présent mémoire compare le traitement que les journaux montréalais et torontois firent des informations relatives au projet de loi sur les jeunes délinquants et, de façon plus large, à la délinquance juvénile, pendant toute la période des débats parlementaires qui menèrent à l’adoption de la loi canadienne sur les jeunes délinquants de 1908.

Dubois-Campagna, Alexis
Université de Sherbrooke

Titre : Pour un syndicalisme de la lutte de classe!: les groupes marxistes et les mouvements syndicaux au Québec, 1972-1983
Direction : Louise Bienvenue
Année : 2009

Mémoire sur le portail de l’Université de Sherbrooke

Dubois-Roy, Étienne
Université de Sherbrooke

Titre : La crise d’octobre : un projet pédagogique favorisant le développement d’un esprit critique pour des élèves du niveau secondaire
Direction : Louise Bienvenue
Direction : Luc Guay
Année : 2008

Dufresne, Amélie

Université de Montréal

Titre : L’honneur féminin à Montréal à travers les archives judiciaires (1698-1756)
Direction : Ollivier Hubert
Année : 2019-2021

Duprey, Catherine
Durand, Chantale
Université de Sherbrooke

Titre : L’enseignement de la littérature au secondaire
Direction : Louise Bienvenue
Année : 2014

Essai

Duval, Kim
Université d’Ottawa

Titre : L’incontournable fusion du corps et de l’espace: Un reflet sur l’expérience de la danse érotique
Direction : Isabelle Perreault
Année : 2015

Eon, Mathilde
Université d’Angers

Titre : Les filles-mères à l’hôpital de la Miséricorde, 1889-1921
Direction : Jean-Marie Fecteau†
Direction : Jacques-Guy Petit
Année : 2000

Résumé : Notre étude se découpe en quatre chapitres. Le premier est consacré à la présentation de l’historiographie actuelle sur les institutions charitables au Québec et à l’analyse de la place des femmes et en particulier des « déviantes » au tournant du siècle. Nous y exposons aussi notre problématique et présentons les sources. Nous voyons dans le second chapitre les raisons principales de la création de la communauté des soeurs de Misécorde et le développement qu’elle a connu. Le second point qui nous intéresse dans ce chapitre est les liens qui existent entre la communauté et la société. Les deux derniers chapitres sont consacrés aux filles-mères reçues dans l’établissement. Tout d’abord nous dégageons les grandes lignes de l’identité de ces femmes, puis nous nous intéressons à leur entrée dans l’institution. Leur vie et la sortie de l’établissement font l’objet de notre dernier chapitre.

Forcier, Maxime
Université du Québec à Montréal

Titre : Alcoolisme, crime et folie : l’enfermement des ivrognes à Montréal (1870-1921)
Direction : Jean-Marie Fecteau†
Année : 2004

Fortin, Cassandra
Université de Sherbrooke

Titre :« Une femme de tout temps, d’hier, d’aujourd’hui et de demain » : les Petites Sœurs de la Sainte-Famille dans le contexte du concile Vatican II (1962-1983)
Direction : Louise Bienvenue
Année : 2017

Mémoire sur le portail de l’Université de Sherbrooke

Fougères, Dany
Université du Québec à Montréal

Titre : L’encadrement juridique des infrastructures et des services publics urbains: le cas du transport en commun à Montréal [1860-1880]
Direction : Jean-Marie Fecteau†
Direction : Richard Desrosiers
Direction : Robert Comeau
Année : 1991

Gagnon, François
Université de Sherbrooke

Titre : La conscience internationale dans la presse étudiante au Québec (1945-1969) : le cas du journal Le Carabin de l’Université Laval
Direction : Louise Bienvenue
Année : 2013

Mémoire sur le portail de l’Université de Sherbrooke

Résumé : À travers ce mémoire, nous avons tenté de répondre à la question suivante : comment évolue et se module la conscience internationale dans la presse étudiante au Québec de 1945 à 1969 en étudiant le cas du journal étudiant Le Carabin de l’Université Laval. Pour répondre à notre interrogation, nous avons articulé notre argumentaire en trois parties. Trois chapitres qui démontrent à la fois l’évolution et la modulation de cette conscience internationale perçue à travers l’analyse du journal étudiant.

Dans un premier temps, nous verrons comment les étudiants québécois, à la suite de la Deuxième Guerre mondiale, mettent sur pied des organisations s’inspirant des structures mises en place par les dirigeants de l’époque (ONU, Plan Marshall, Plan Colombo).

Ensuite, dans le deuxième chapitre, la conscience internationale se tourne vers les pays en processus d’autodétermination. Sans délaisser totalement les principes mis sur pied dans les années d’après-guerre, les pages du journal Le Carabin démontrent un intérêt pour les décolonisations. Intimement liés au contexte québécois de la Révolution tranquille, les étudiants voudront, tout en manifestant l’envie d’une plus grande autonomie, venir en aide aux pays qui tentent de se libérer du joug impérialiste. Le mouvement étudiant se radicalise.

Enfin, dans le dernier chapitre, nous verrons l’apogée de la conscience internationale. L’intérêt des étudiants se tourne désormais vers le syndicalisme de l’UGEQ qui porte une attention particulière à l’actualité internationale. Les États-Unis et la guerre du Vietnam seront au cœur des débats et manifestations et Le Carabin en fera abondamment mention. Le mémoire se conclut sur la chute momentanée de cet intérêt pour l’international, à la fin des années 1960, une réalité dont nous tenterons de comprendre les raisons.

Gravel, Denis
Université de Montréal

Titre : Élites commémorantes et mise en scène de l’histoire dans la construction de l’identité lachinoise à l’époque du maire Anatole Carignan (1933-1939 et 1944-1952)
Direction : Ollivier Hubert
Année : 2017 -2018

Francoeur, Julie
Université Laval

Titre : Réhabiliter les « brebis égarées » : la prison des femmes de Québec (Refuge Notre-Dame de la Merci des Sœurs du Bon-Pasteur de Québec), 1931-1972
Direction : Donald Fyson
Direction : Johanne Daigle
Année : 2019

Mémoire sur le dépôt institutionnel de l’Université Laval

Résumé : Le Refuge Notre-Dame de la Merci a ouvert ses portes en décembre 1931. Tenu par les Sœurs du Bon-Pasteur de Québec jusqu’en 1972, l’établissement fait office de prison pour femmes à Québec. Ce mémoire vise à cerner les méthodes d’intervention de la Congrégation des Sœurs du Bon-Pasteur de Québec auprès des prisonnières, et ce, au regard des caractéristiques des femmes incarcérées qui influencent les modèles de réhabilitation proposés par les religieuses. Le Refuge, tout en s’inscrivant dans le réseau d’institutions développées par les Sœurs du Bon-Pasteur depuis 1850, est une institution judiciaire qui vise la répression de la déviance féminine et la réhabilitation des femmes selon les représentations de la féminité et des rôles féminins en vigueur au milieu du XXe siècle. L’institution fournit plusieurs formes d’assistance envers les femmes, donnant aux prisonnières des services peu accessibles autrement avant l’étatisation des services sociaux dans la décennie 1970. L’étude trace également un portrait de la déviance féminine représentée à la prison de Québec à partir des registres d’écrou de l’institution. Les Sœurs du Bon-Pasteur, employées du gouvernement provincial dans ce contexte, disposent d’un pouvoir d’action non-négligeable dans l’organisation de l’horaire quotidien des détenues et dans l’implantation d’activités réhabilitatrices. La teneur de ces activités, axées sur la pratique religieuse et l’apprentissage de travaux ménagers, reste fortement influencée par des stéréotypes genrés déterminant des comportements prescrits, tout en favorisant la diffusion des connaissances spécialisées et l’adoption d’une éthique de travail utiles pour les femmes à leur sortie de prison.

Garneau, Jean-Philippe
Garneau, Vincent
Université du Québec à Montréal

Titre : Le Conseil de Oeuvres de Montréal : Animation sociale, démocratie participative et affrontement politique
Direction : Martin Petitclerc
Année : 2011

Mémoire en version PDF

Gauthier, Pierre
Université de Montréal

Titre : La Bromance au temps de Lionel Groulx ; les pratiques amicales de deux dirigés spirituels de Lionel Groulx au Collège de Valleyfield (1900-1908)
Direction : Ollivier Hubert
Année : 2016 – 2018

Gélinas, Catherine
Université de Sherbrooke

Titre :La violence conjugale dans le district judiciaire de St-François entre 1866 et 1893 d’après les procès en séparation de corps
Direction : Peter Gossage
Année : 2000

Mémoire sur le portail de l’Université de Sherbrooke

Gingras, Marie-Ève
Université de Sherbrooke

Titre : La représentation de l’héroïne dans les romans historiques québécois (1945-1995) ayant comme trame de fond la Nouvelle-France : les femmes en trois actes : l’épouse, la mère et la veuve
Direction : Louise Bienvenue
Direction : Christine Hudon
Année : 2008

Mémoire sur le portail de l’Université de Sherbrooke

Giral, Gisela
Université Laval

Titre : « Supplient très humblement… We humbly beg… » : Les pétitions collectives et le développement de la sphère publique au Québec, 1764-1791
Direction : Donald Fyson
Année : 2013

Mémoire sur le portail de l’Université Laval

Résumé : Ce mémoire porte sur la contribution des pétitions collectives au développement de la sphère publique québécoise de la seconde moitié du XVIIIe siècle. À cette fin, plusieurs notions ont été mises en relation : le public, la sphère publique, l‘opinion publique, les espaces de sociabilité. La présente étude est basée sur une analyse détaillée de quelque 278 pétitions collectives depuis la mise en place du gouvernement civil en 1764 jusqu‘à la création du système parlementaire en 1791. En l‘absence d‘institutions représentatives traditionnelles, la pratique de pétitionner collectivement aux autorités coloniales est devenue un outil essentiel pour influencer les décisions politiques et administratives. Pratique de longue date en Angleterre, mais rare en Nouvelle-France, les pétitions collectives ont permis la participation d’un large groupe de la population de la colonie dans la sphère publique coloniale : les anciens et les nouveaux sujets, les hommes et les femmes, les élites et les gens ordinaires.

Giroux, Marie-Christine
Université du Québec à Montréal

Titre : Accueillir, vêtir, nourrir, instruire, éduquer et soigner : la protection de l’enfance à l’Hospice Saint-Joseph des Soeurs Grises de Montréal (1854-1911)
Direction : Martin Petitclerc
Année : 2011

Mémoire sur Archipel

Résumé : Dans la seconde moitié du XIXe siècle à Montréal, la bourgeoisie montante s’intéresse de plus en plus à la misère quotidienne urbaine. Avec l’appui de l’élite cléricale, elle fonde quelques institutions destinées à certaines clientèles, comme les enfants, victimes de l’industrialisation et de l’urbanisation. C’est dans ce contexte qu’Olivier Berthelet, un bourgeois canadien-français, fonde l’Hospice Saint-Joseph de Montréal. Cette institution charitable, dont nous souhaitons ici faire l’histoire, est d’abord laïque de 1841 à 1854. Elle passe par la suite aux mains des Sœurs Grises qui, rapidement, la rendent conforme aux exigences de leur foi. Elles y accueillent des femmes âgées, des enfants pauvres et des orphelins, en plus d’offrir des services aux pauvres et aux malades. Toutefois, leur principale clientèle est celle des « orphelines », une catégorie qui regroupe autant les « vraies » orphelines que les orphelines de père, de mère, et même, souvent, des enfants dont les deux parents sont vivants. Cet Hospice n’est pas une institution d’enfermement qui vise principalement à discipliner les familles pauvres, mais plutôt un lieu ouvert qui tente de s’adapter aux besoins matériels, familiaux, éducatifs et spirituels des familles. D’ailleurs, les raisons familiales pour placer les orphelines à l’Hospice sont variées. Certaines y prennent place pour des raisons de pauvreté, bien sûr, mais d’autres s’y retrouvent pour quelque temps à la suite de la crise familiale provoquée par la mort ou la maladie de l’un des deux parents. D’autres familles, souvent de la classe moyenne, placent leurs filles en ayant plutôt des visées éducatives. Pendant leur séjour, toutes ces orphelines restent en contact avec leur famille qu’elles pourront retrouver à leur sortie. S’il ne s’agit pas d’une institution de « contrôle social » au sens strict, la vie à l’intérieur des murs de l’Hospice est tout de même réglée selon certaines valeurs. Ainsi, les Sœurs offrent, en plus d’un toit et de la nourriture, une vie disciplinée, réglée par la religion catholique et fondée sur une éducation qui respecte les valeurs associées au rôle « maternel » des femmes et à la hiérarchie de classes sociales. Ces valeurs, les Sœurs les subissent autant qu’elles les imposent. Dans le cadre de la société patriarcale, où les femmes sont généralement reléguées à la sphère privée, ces Sœurs parviennent néanmoins à administrer leur institution, bien qu’elles doivent rendre des comptes à la hiérarchie catholique et aux philanthropes laïques. L’Hospice va toutefois se heurter au fil des années à des problèmes de sous-financement et de manque de personnel récurrents. La recherche incessante de fonds mènera graduellement les religieuses à transformer la vocation charitable de l’institution. En 1911, l’Hospice Saint-Joseph deviendra l’École ménagère Saint-Joseph, une école qui en plus d’être appuyée par l’Église catholique, sera financée par les fonds publics. À cet égard, la fermeture de l’Hospice illustre bien les limites du réseau d’assistance catholique mis en place au milieu du XIXe siècle.

Grenier, Amélie
Université du Québec à Montréal

Titre : Les minorités montréalaise et l’application de la loi sur l’opium, 1905-1930
Direction : Martin Petitclerc
Année : 2018

Guillette, Bruno-Pierre
Université du Québec à Montréal

Titre : ‘Le jour du seigneur vendu à l’encan’ : Regards sur la Commission d’enquête sur l’observance du dimanche dans les usines de pâtes et papiers du Québec (1964-1966)
Direction : Martin Petitclerc
Année : 2011

Mémoire sur Archipel

Guyot, Julie
Université du Québec à Montréal

Titre : Comparaison des discours publics de Theobald Wolfe Tone (Irlande) et de Louis-Joseph Papineau (Bas-Canada) sur le lien à la Grande-Bretagne et sur la Constitution
Direction : Jean-Marie Fecteau†
Année : 2009

Mémoire sur Archipel

Hamel, Bryan
Université d’Ottawa (criminologie)

Titre : Homosexualité(s) masculine(s) et expériences carcérales: une étude exploratoire
Direction : Isabelle Perreault
Direction : Patrice Corriveau
Année : 2018
Résumé : Les études criminologiques qui ont trait à l’articulation entre sexualité(s) et détention sont rares. Celles qui portent sur les expériences de détenus homosexuels sont pratiquement inexistantes. Cette recherche exploratoire, basée sur la réalisation d’entretiens semi-directifs auprès d’ex-détenus homosexuels incarcérés dans des pénitenciers et prisons situées au Québec, vise à combler une partie de cet espace. En analysant les récits de leur passage en institution carcérale, nous interrogeons leurs conceptions des notions d’identités et d’orientations sexuelles. Il en ressort notamment que l’homosexualité prend une place variable dans la définition qu’ils donnent d’eux-mêmes. L’impact de l’environnement dans l’actualisation et la mise au jour de certaines facettes identitaires est également pris en compte, de même que leur perception de la tolérance et de l’acceptabilité de l’homosexualité en contexte carcéral. Pour eux, bien que l’homophobie soit rare, elle ne peut être conceptualisée séparément des notions de « masculinité » et de « visibilité ».

Mémoire sur le dépôt institutionnel de l’Université d’Ottawa

Hill, Steven
Université du Québec à Trois-Rivières

Titre : Itinéraire social du mouvement ACEF (1965-2005): discours, pratiques et rapports sociaux
Direction : Yvan Rousseau
Année : 2012

Hubert, Alex
Université de Montréal

Titre : Les représentations de la crise de Fachoda dans la presse montréalaise à la fin du 19e siècle
Direction : Ollivier Hubert
Année : 2016 – 2019

Ilea, Adina
Université d’Ottawa

Titre : Doing time, doing gender : hyper-masculinity as a coping stragegy among male prisoners
Direction : Véronique Strimelle
Année : 2009

Mémoire sur le portail de l’Université d’Ottawa

Laaroussi, Jaouad
Université du Québec à Montréal

Titre : Aux origines du syndicalisme étudiant de combat: « Participer, c’est se faire fourrer! » Concertation, participation et contestation dans les CÉGEP de Montréal et l’UQAM (1964-1976)
Direction : Martin Petitclerc
Direction : Louise Bienvenue
Année : 2016

Mémoire sur Archipel

Résumé : Cette étude traite de la recomposition du mouvement étudiant à la suite de la réforme de l’éducation supérieure au Québec (1963-1976). L’idéologie de la participation imprègne les architectes des institutions nouvelles, que sont les cégeps et le réseau de l’Université du Québec, et définira l’intégration des corps enseignants et étudiants au sein de celles-ci. Durant cette période de gestation des réformes, le syndicalisme étudiant, sous la gouverne de l’Union générale des étudiants du Québec (UGEQ), est lui aussi influencé par l’idéologie de la participation, ses militants siégeant à plusieurs comités de concertation avec l’État et les administrations scolaires. Le réseau des cégeps et de l’Université du Québec sont respectivement fondées en 1967 et 1969. Ils connaissent, dès leurs premières années d’existence, d’importantes contestations étudiantes. Celles-ci remettent en question le projet de participation formalisé dans les statuts et structures de ces nouveaux établissements et soutenu jusque-là par l’UGEQ. La dissolution de l’UGEQ, en 1969, est, à ce titre, un point de rupture avec l’idéologie de la participation et la pratique de la concertation ayant caractérisées dans la première moitié de la décennie le syndicalisme étudiant québécois. Ce rejet de la participation et de la concertation dans les cégeps et à l’UQAM ne touche pas seulement les étudiants. Au début des années 1970, on observe, également, une mutation du syndicalisme enseignant. Les professeurs déchantent progressivement de l’idéologie de la participation et multiplient grèves et manifestations contre l’arbitraire administratif. L’émergence d’un syndicalisme de combat en milieu enseignant participe à la restructuration d’associations générales étudiantes (AGE), fragilisée au moment de la dissolution de l’UGEQ. À partir de 1973, un mouvement de réorganisation des AGE touche à la fois les cégeps et l’UQAM. Ces AGE se lient aussi à l’échelle nationale pour fonder, en 1975, l’Association nationale des étudiants du Québec (ANEQ). Les véhicules associatifs locaux et nationaux dont se dotent les étudiants refusent les principes de participation, de concertation et de représentation ayant guidés l’UGEQ des premières années. Cette période est, alors, caractérisée par un nouveau modèle de syndicalisme étudiant, le syndicalisme de combat.

Labrie, Christine
Université de Sherbrooke

Titre : Être femme sans être mère: histoire de Québécoise sans enfant nées entre 1930 et 1950
Direction : Louise Bienvenue
Année : 2015

Mémoire sur le portail de l’Université de Sherbrooke

Résumé : Ce mémoire est une étude exploratoire sur les parcours de vie de femmes sans enfant nées entre 1930 et 1950. Afin de vérifier si elles avaient vécu des pressions pour se conformer à la norme de la maternité, et quels avaient été les impacts de leur statut sur leur vie, dix-huit récits de vie ont été récoltés auprès d’autant de Québécoises franco-catholiques, mariées ou non. Les récits des participantes, dont la moitié était sans enfant par choix et l’autre par circonstances de la vie, ont montré qu’elles ne correspondaient pas au stéréotype voulant que ces femmes se soient sacrifiées pour prendre soin de leur famille. Au contraire, la plupart d’entre elles ont choisi de ne pas avoir d’enfants, ou ont fait des choix les ayant menées vers la non-maternité, par exemple en repoussant le mariage afin de poursuivre leurs études ou travailler. Les récits récoltés montrent aussi que contrairement aux femmes des générations subséquentes, les participantes n’ont que très rarement vécu de pressions pour se marier ou avoir des enfants, et bénéficiaient au contraire d’une grande acceptabilité sociale. Finalement, les entrevues ont permis de constater que si les participantes étaient généralement heureuses de leurs parcours, la vieillesse et la perte d’autonomie étaient parfois à la source de regrets.

Lacoste, Chantale
Université du Québec à Montréal

Titre : Exposition sur les Patriotes de 1837-1838 (Musée de Pointe-à-Callières)
Direction : Jean-Marie Fecteau†
Année : 2008

Lafont, Jérôme
Université d’Angers

Titre : Projet de défense sociale : ombres et lumières sur la prison de Bordeaux (1914-1921)
Direction : Jean-Marie Fecteau†
Direction : Jacques-Guy Petit
Année : 2003

Lafontaine, Anthony

Université de Montréal

Titre : La critique de la chrétienté chez la revue catholique de gauche Maintenant
Direction : Ollivier Hubert

Codirection: Catherine Larochelle

Année : 2019-2021

Lalancette, Katéri
Université Laval

Titre : Les élections contestées au Québec 1841-1885
Direction : Donald Fyson
Année : 2017

Mémoire sur la dépôt institutionnel de l’Université Laval

Résumé :  Les campagnes électorales québécoises du XIXe siècle sont, dans l’imaginaire collectif, synonymes de violence, d’intimidation et de pratiques douteuses menées par les partis politiques dans le but de gagner le vote de l’électeur illettré et peu politisé. Or, est-ce vraiment le cas? Ce mémoire a d’abord pour objectif d’analyser les irrégularités électorales à travers le prisme de la contestation faite par le biais de pétitions déposées à l’Assemblée législative de la province du Canada puis du Québec entre 1841 et 1875. Ensuite, il s’agit d’étudier le contrôle de la légitimité de l’élection et de la contestation fait par l’administration parlementaire. Pour y arriver, dans un premier temps, le déroulement des élections à l’ère du vote public est présenté, de même que les modalités encadrant la contestation électorale. Dans un deuxième temps, le contenu des pétitions est analysé, de sorte que sont relevées les différentes raisons évoquées par les pétitionnaires pour contester le résultat d’un scrutin. Dans un troisième temps, le processus parlementaire est analysé, de façon à montrer de quelle façon les députés arbitrent les litiges concernant les scrutins contestés. Le rôle des différents acteurs impliqués – l’électorat, les «partis» politiques, les contestataires et les députés – est également mis de l’avant tout au long du mémoire, de même que l’évolution des processus légaux entourant la contestation. Il ressort de l’analyse des 108 pétitions déposées en Chambre entre 1841 et 1875 que ce « passé mythique » de corruption et de brutalité électorale est bien réel, mais mérite d’être nuancé. La culture politique québécoise évolue grandement pendant cette courte période. Malgré tout, des pratiques frauduleuses ont non seulement libre cours pendant les élections, mais elles ont en plus l’aval des parlementaires, qui rejettent les doléances des contestataires dans plus de 90 % des cas.

Lampron, Cédrik

Université de Sherbrooke

Titre : Dissonances, identités et citoyenneté : d’où proviennent les tensions entre l’État canadien et les vétérans de la Première Guerre mondiale entre 1914 et 1929 ?
Direction : Louise Bienvenue
Année : 2018

Résumé: Ce mémoire vise à comprendre la provenance et la nature des tensions qui surviennent entre l’État fédéral canadien et les vétérans canadiens de la Première Guerre mondiale lors du retour de ces derniers au pays à la suite du conflit. L’étude des commissions d’enquête spécialement créées par Ottawa pour faire face aux nouveaux défis qu’occasionne l’ampleur inattendue de la Grande Guerre permet d’observer une implication accrue de l’État dans la sphère sociale. Cette redéfinition conjuguée aux revendications que l’on retrouve en analysant les publications des associations de vétérans canadiennes nous permet de démontrer que les tensions entre ces deux agents ne sont pas uniquement d’origine pécuniaire. En utilisant les concepts d’identité et de constructions identitaires, nous démontrons qu’au contraire, ces tensions émanent majoritairement de la confrontation de deux visions bien distinctes de ce qu’est un vétéran et du rôle qu’il devrait jouer dans la société d’après-guerre. Les revendications des associations de vétérans ne peuvent donc pas se résumer à une simple réclamation pour de meilleurs services de la part de l’État, mais elles témoignent aussi d’une volonté d’aligner les valeurs de la société canadienne aux leurs. Pour y arriver, ces associations, dont le Great War Veterans Association que nous étudions plus précisément, en viennent à remettre en cause la définition libérale de la citoyenneté fondée sur l’autosuffisance économique et le travail pour proposer un modèle genré, basé sur le principe de l’économie du sacrifice. Par contre, cette rhétorique ne survivra pas à la disparition de la majorité des associations de vétérans au milieu des années 1920.

Mémoire sur le portail de l’Université de Sherbrooke

Lance, Marie-Christine

Titre : L'expérience migratoire de la ville vers la campagne des adultes québécois (25-44 ans) ayant choisi la MRC de Maskinongé en Mauricie
Direction : Yvan Rousseau
Année : 2017

Languedoc, Sarah
Université de Sherbrooke

Titre :Une dévotion populaire dans les Cantons-de-l’Est Saint-Gérard de Wolfe, sa signification et son évolution (1908-1969)
Direction : Louise Bienvenue
Année : 2011

Mémoire sur le portail de l’Université de Sherbrooke

Lapalme, Alexandre
Université de Montréal

Titre : Économie morale et activité marchande dans le distrcit de Montréal (1791-1815): l’importance de la confiance et de la réputation
Direction : Ollivier Hubert
Année : 2015 -2017

Larochelle, Catherine
Université du Québec à Montréal

Titre : Les représentations de l’Orient méditerranéen dans les manuels scolaires montréalais (1875-1945)
Direction : Jean-Marie Fecteau†
Direction : Dominique Marquis
Année : 2013

Mémoire sur Archipel

Résumé : Depuis des siècles, l’Occident représente et étudie l’Orient. La fascination pour cette forme d’altérité était majeure aux XIXeet XXe siècles. Or, quelles fonctions cette représentation collective de l’Orient a-t-elle eues dans la construction de l’identité de l’Occident? À ce sujet, le rapport entre le Québec et l’Orient méditerranéen constitue un domaine d’étude encore jeune. Jusqu’à maintenant, les recherches n’ont pas utilisé l’approche historique pour étudier ce rapport altéritaire. Le présent projet de mémoire se veut une incursion inédite dans le regard québécois sur l’Orient. Nous proposons d’interroger les manuels de lecture approuvés par le Conseil de l’instruction publique du Québec entre 1875 et 1945 pour saisir cette représentation québécoise de l’Orient méditerranéen transmise dès leur plus jeune âge aux petits Canadiens français.

La démarche à la base de ce mémoire de maîtrise vise à découvrir quelles représentations de l’Orient étaient véhiculées par les manuels scolaires. Pour atteindre ces objectifs, nous étudierons d’abord la présence et la représentation de différentes figures d’altérité dans le corpus de manuels. Cette première analyse tentera de faire ressortir la particularité de l’altérité orientale dans le portrait du monde présenté aux écoliers. Puis, nous nous intéresserons à trois premières formes d’évocation de l’Orient: l’Orient géographique, l’Orient ancien et l’Orient chrétien. Finalement, nous étudierons l’ utilisation de la littérature, historique et romantique, dans les manuels. La présence de l’orientalisme littéraire développé par les écrivains européens du XIXe siècle sera alors discutée. En somme, cette analyse, ainsi que l’étude des thèmes récurrents, permettront de saisir quel imaginaire oriental on a tenté de cultiver chez les jeunes Canadiens français. Notre recherche visera, au final, à comprendre que la fonction qu ‘ a eue la représentation de l’ Orient dans la construction de l’ identité canadienne-française est d’avoir mis en exergue le caractère définitivement occidental de cette identité.

Larocque, Josée
Université de Montréal

Titre : Les populations de la prison de Montréal à cent ans d’intervalle [1877-1884 et 1977-1984] Direction : Jean Trépanier
Direction : Jean-Marie Fecteau†
Année : 1995

Latreille, Pascale
Université d’Ottawa

Titre : L’expérience des victimes : de la demande de justice au souci de régulation et de gestion des conséquences du crime
Direction : Véronique Strimelle
Année : 2012

Mémoire sur le portail de l’Université d’Ottawa

Lavoie, Bianca
Université d’Ottawa

Titre : Moralité et acteurs sociaux : la construction de l’ordre pénal au Canada, 1892-1927
Direction : André Cellard
Année : 1997

Mémoire sur le portail de l’Université d’Ottawa

LeBlanc, Jean-François

Université Laval

Titre : La question des taxes dans les débats de l’Assemblée législative de la Province du Canada
Direction : Donald Fyson
Direction : Martin Pâquet
Année : 2018

Mémoire sur le portail de l’Université Laval

Résumé : Au milieu du XIXe siècle, la Province du Canada obtient progressivement une plus grande autonomie financière que ce soit en raison des revendications des responsables coloniaux ou par des changements dans la politique impériale. Ces changements arrivent au moment où s’instaure un nouveau mode de gouvernance politique, ce qui entraîne de nombreux débats sur la position que l’État doit occuper. La place de la taxation est centrale dans ces préoccupations puisqu’elle révèle des enjeux à dimension démocratique et de gouvernance. Ce mémoire propose d’explorer sous l’angle de la rationalisation de la pensée étatique, en analysant les débats parlementaires de la Province du Canada entre 1841 et 1856. La rationalisation permet la création de catégories et la normalisation du droit, ce qui entraîne l’universalisation des mesures fiscales. Elle s’observe à travers la mise en place d’une logique de l’utilisateur-payeur pour les services publics et un déclin des critères moraux pour justifier la taxation.

Lebrun, Andréanne
Université de Sherbrooke

Titre : Modèles citoyens proposés à la jeunesse dans les programmes et manuels d’hygiène, de bienséances et de civisme du secondaire catholique public au Québec (1943-1967)
Direction : Louise Bienvenue
Année : 2014

Mémoire sur le portail de l’Université de Sherbrooke

Résumé : Ce mémoire propose de reconsidérer notre compréhension de l’historicité de la notion d’éducation à la citoyenneté au Québec. Pour ce faire, plutôt que de se concentrer sur l’enseignement de l’histoire nationale,il explore les modèles citoyens véhiculés par les manuels et les programmes d’hygiène, de bienséances et de civisme approuvés à l’intention du secondaire catholique public entre 1943 et 1967 au Québec. Si la volonté de dispenser une formation citoyenne au sein de l’école québécoise est antérieure à 1943, elle revêt un sens nouveau avec l’obligation scolaire jusqu’à 14 ans, car ses contenus rejoignent un nombre croissant d’élèves. Ce mouvement de démocratisation scolaire s’affirme avec le programme de 1956 qui constitue un tournant en revendiquant la reconnaissance des caractéristiques et des besoins psychologiques des adolescents et en prônant une pédagogie citoyenne active. En prêtant attention aux mécanismes d’inclusionet d’exclusion de la citoyenneté à l’œuvre, et en dégageant du coup la recherche de la seule dimension nationale, nous examinons comment les composantes de genre, d’âge, de classe sociale, d’appartenanceethno-linguistique et de capacité intellectuelle modulent les conceptions de la citoyenneté proposées aux élèves. Ce faisant, nous retraçons le passage d’un mode collectif de citoyenneté, où le bien commun prime sur les intérêts individuels, à un mode plus individualiste.

Légaré, Nathalie
Université du Québec à Montréal

Titre : La peine du fouet pour les causes de violence conjugale, au Canada et dans le district judiciaire de Montréal
Direction : Martin Petitclerc
Année : 2015

Mémoire sur Archipel

Legeay, Guilaine
Université d’Angers

Titre : Expulsion des immigrants indésirables à Montréal, 1911-1914
Direction : Jean-Marie Fecteau†
Direction : Jacques-Guy Petit
Année : 1999

Lelièvre, Nicolas
Université du Québec à Trois-Rivières

Titre : Les Wurtele: reproduction sociale et condition élitaire en milieu régional, 1800-1850
Direction : Yvan Rousseau
Direction : Thierry Nootens
Année : 2016 – 2020

Létourneau, Émilie
Université de Sherbrooke

Titre : De Colombine à Julien Saint-Michel : le féminisme dans les écrits d’Éva Circé-Côté (1900-1921)
Direction : Louise Bienvenue
Année : 2006

Mémoire sur le portail de l’Université de Sherbrooke

Lynch, Michael
Université d’Ottawa

Titre : Themes of Parole as Presented in « Bill C-10 » Contributing to the Conservative Government’s « Tough of Crime ». Approche to the Criminal Justice System ?
Direction : Véronique Strimelle
Année : 2015

Mémoire sur le portail de l’Université d’Ottawa

Lyonnais, Annie
Université du Québec à Montréal

Titre : Le législateur et la moralité sexuelle : de la lutte contre l’obscénité jusqu’à l’adoption du Bill omnibus, 1953-1969
Direction : Dominique Marquis
Année : 2014

Mémoire sur Archipel

Résumé : Ce mémoire s’intéresse au rapport entre la loi criminelle et la moralité sexuelle à une époque où la société québécoise se sécularise et où le pouvoir de l’Église catholique ne fait que décliner. Cette période allant du début des rumées 1950 à l’aube des années 1970 est non seulement marquée par de grandes transformations sociales, mais le courant libéral qui prévaut alors opère graduellement une importante mutation du lien existant entre 1’individu et la morale sexuelle catholique. Alors que 1’Église catholique avait généralement dicté les règles, un acteur prend place au cœur de l’histoire de la régulation de la moralité sexuelle de cette seconde moitié du XXe siècle : l’État.

Notre recherche est construite autour de deux épisodes : la lutte menée par le clergé catholique et par des réformateurs moraux sur le terrain législatif contre les imprimés obscènes dans les aimées 1950 et l’adoption par le Parlement canadien d’un projet de loi décriminalisant des actes pouvant être jugés contraires à la morale à la fin des années 1960, mieux connu sous le nom de «Bill omnibus». À la lumière des débats ayant eu lieu à la Chambre des communes et de la discussion ayant pris forme dans des revues québécoises, il est possible d’analyser l’évolution des discours entourant la criminalisation et la décriminalisation des choses liées au sexe tant au Parlement canadien qu’au sein de certains milieux québécois, notamment catholiques, du début des années 1950 jusqu’à la fin des années 1960.

Le transfert du religieux au légal s’inscrit dans un processus plus large de sécularisation de la société québécoise. L’institution religieuse, en perte de contrôle, souhaite faire du Code criminel un rempart pour les valeurs chrétiennes. Dans les années 1950, elle cherche un allié du côté du législateur dans sa croisade contre le commerce florissant de la littérature immorale. À la fin des années 1960, le Bill omnibus distingue ce qui relève du droit criminel de la morale privée des individus. L’adoption de ce projet de loi contrarie les attentes du clergé catholique et des députés conservateurs. La fonction pédagogique du Code criminel en matière de moralité sexuelle est rejetée au profit des valeurs propres au libéralisme que sont l’autonomie et la responsabilité de l’individu.

Manseau, Caroline
Université de Sherbrooke

Titre : La formation d’une élite masculine au sein de l’Association catholique de la jeunesse canadienne-française (1904-1935)
Direction : Louise Bienvenue
Année : 2006

Mémoire sur le portail de l’Université de Sherbrooke

Résumé : L’Association Catholique de la Jeunesse canadienne-française (ACJC) a connu ses fastes années de 1904 à 1931. Elle est fondée à une époque où l’Église catholique cherche à contenir la propagation des idées anticléricales en encourageant le regroupement et la participation de ses fidèles. Dans ce même intervalle, des crises se succèdent au sein de la Confédération, crises qui ont dynamisé le nationalisme canadien-français. La jeunesse masculine va alors s’offrir, aux yeux de l’élite clérico-nationaliste, comme une force salvatrice envers la société qui connaît les effets de l’industrialisation, de la sécularisation et de l’américanisation. Pour ce qui est de son credo, le mouvement gravite autour du complexe «foi-patriotisme». Cette organisation élitiste s’est en effet donné le mandat de former des chefs et des hommes éclairés pour servir la Religion et la Patrie. Par l’entremise de la devise, «Piété, Étude, Action», les membres se sont intéressés aux questions religieuses, nationales et sociales de leur temps. De ce fait, la pérennité de l’Association s’est manifestée par sa lutte constante pour la reconnaissance du français dans les services publics, par son soutien indéfectible aux minorités francophones et catholiques hors-Québec et par l’effort consenti à la propagation du mythe de Dollard des Ormeaux. Pour ce qui est des acéjistes notoires, mentionnons Édouard Montpetit, Frère Marie-Victorin, Arthur Saint-Pierre, Jean-Charles Bonenfant et Maurice O’Bready. Jusqu’à présent, les analyses portant sur l’ACJC se sont essentiellement penchées sur les dimensions nationalistes du mouvement. En ce qui nous concerne, nous avons revisité l’histoire de l’Association en profitant des percées historiographiques qui ont révélé l’importance de l’âge et du genre comme composantes identitaires. Notre objectif était donc de centrer notre réflexion sur la jeunesse et la masculinité telles que véhiculées dans le discours acéjiste. Nous nous sommes ainsi interrogée à savoir quels étaient les principales représentations de la jeunesse et les modèles de masculinité qui ont été élaborés et promulgués au sein de l’ACJC. Par l’entremise d’archives peu utilisées par nos prédécesseurs, ce mémoire tente de mettre en lumière les éléments du discours, et quelques fois de la pratique, qui rendent compte des modèles proposés aux jeunes hommes qui font partie de ce regroupement. Par exemple, nous avons constaté comment les structures organisationnelles de l’Association ont favorisé la diffusion de modèles et la formation identitaire de ses membres. Nous avons aussi noté à quel point on affublait la jeunesse acéjiste de qualités et de défauts, bien qu’elle ait été très hétérogène; nous avons également relevé à quel point elle était porteuse d’espoir, tant pour l’Église que pour la Nation. Nous avons finalement souligné, au sein de l’ACJC, la mise en place d’une virilité élitiste dont les modèles se distanciaient souvent de ceux en vigueur dans la culture populaire.

Marchand, Élyse
Université du Québec à Trois-Rivières

Titre : Les Bowen: famille, patrimoine et reproduction sociale au 19e siècle
Direction : Thierry Nootens
Année : 2016 – 2019

M. Matte, Mélanie
Université Concordia

Titre : Constructing the Settler Sovereign and the Mechanics of Power Distribution: Hydroelectricity and Biopolitics in James Bay and Northern Québec, 19070s-1990s
Direction : Peter Gossage
Année : 2018 -2021

Maurice, David
Université de Sherbrooke

Titre : Événements histoire et mémoire : La crise de l’identité russe vue par Nikita Mikhalkov à travers le film Anna 6-18 (1980-1993)
Direction : Louise Bienvenue
Direction : Tristant Landry
Année : 2010

Mémoire sur le portail de l’Université de Sherbrooke

Melançon, Mathieu
Université du Québec à Montréal

Titre : « Un camp de la liberté » : l’idéologie contre-hégémonique des centrales syndicales québécoises (1966-1977)
Direction : Martin Petitclerc
Année : 2019

Mémoire sur Archipel

Résumé : Ce mémoire traite de la constitution d’une critique systémique et d’un projet de société par les centrales syndicales pendant la décennie 1966-1977. Le ralentissement des réformes de la Révolution tranquille, associé à la montée de mouvements nationalistes et de gauche, va pousser les centrales syndicales à repenser leur rôle social, à travers une politisation de leur pratique et discours, mais aussi dans une volonté de se présenter comme un contre-pouvoir dans une perspective de lutte hégémonique. Entre 1966 et la crise d’Octobre, les centrales syndicales vont progressivement dépasser leurs divisions dans le cadre d’une unification idéologique autour d’un projet de société visant une planification et une intervention étatique de grande envergure, mais aussi autour du développement d’un projet de démocratisation, de l’État jusqu’à l’usine. Suite à un grand nombre de confrontations avec l’État, et alors que le nombre des conflits de travail explose, les centrales vont redéfinir leur pratique comme étant fondamentalement confrontationnelle. Suite à leurs analyses, elles vont développer une critique systémique de classe de la société et présenteront les gouvernements comme de simples marionnettes du grand capital. L’association du syndicalisme avec le mouvement nationaliste ascendant, s’il a permis d’élargir la portée du discours syndical, le liera toutefois au Parti québécois. Lors de l’arrivée au pouvoir de ce dernier, le mouvement ouvrier, frappé par la crise économique et le tournant néolibéral, abandonnera progressivement ses critiques et son discours radical et favorisera la concertation.

Meese, Pierre
Université de Sherbrooke

Titre : La création de la nouvelle ville de Sherbrooke (1990-2002): conséquences directes de la régionalisation ?
Direction : Louise Bienvenue
Année : 2015

Mémoire sur le portail de l’Université de Sherbrooke

Résumé : Ce mémoire expose l’évolution de la régionalisation de services municipaux dans le Grand Sherbrooke entre 1990 et 2002 ainsi que les diverses solutions proposées pour gérer la panoplie d’ententes et de régies inter-municipales. Il cherche à établir si cette intégration des municipalités de la région au sein d’un ensemble métropolitain commun et de plus en plus centralisé a pu faciliter la fusion de 2002 ou non. Nous constaterons à ce sujet que la fusion aurait été évitable sans l’intervention du gouvernement du Québec. Par contre, une consolidation aurait eu lieu malgré tout, sous une forme ou une autre. La fusion a donc constitué une solution parmi tant d’autres, mais néanmoins celle que le gouvernement a choisi d’imposer aux régions métropolitaines du Québec. Les années 1990 marquent, dans la région de Sherbrooke, le début d’un processus de régionalisation de services comme l’eau potable, la police, les pompiers, la cour municipale, le transport en commun, etc. L’imposition de nouvelles normes ainsi que le délestage de responsabilités par le gouvernement provincial vers les municipalités ne sont pas étrangers à cette régionalisation. La conséquence de cela pour une région métropolitaine comme Sherbrooke est la multiplication d’ententes de services entre les municipalités de la région, principalement entre la ville-centre et une ou plusieurs villes de banlieue. À mesure que le phénomène progresse, des régies inter-municipales avec un véritable conseil d’administration sont créées dans le but de gérer ces services en commun. La multiplication de ces régies, combinée à la présence de la Municipalité régionale de comté (MRC), qui a ses pouvoirs propres, créent ainsi une sorte de palier de gouvernement non-officiel chapeautant toute la région et venant se superposer aux divers conseils municipaux. Plus une municipalité délègue la gestion de services à des régies ou à une MRC, moins elle a de contrôle direct sur ses propres actions.

Ménard, Olivier
Université de Sherbrooke

Titre : Le ciné-club étudiant au Québec, un véhicule d’ouverture à la modernité culturelle, 1949-1970
Direction : Louise Bienvenue
Année : 2006

Mémoire sur le portail de l’Université de Sherbrooke

Mercado, Ryan
Université Concordia

Titre : Between Crisis and Preservation: The Canadian Jewish Congress and the Quebec Nationalist Movement
Direction : Peter Gossage
Année : 2018 -2020

Mercier, Ian
Université du Québec à Trois-Rivières

Titre : Le logement ouvrier en contexte d’industrialisation intensive: Drummondville, 1900-1930
Direction : Yvan Rousseau
Année : 2016

Michaelson, Lyndee
Université de Montréal

Titre : Minors followed under the youth protection and young offenders acts
Direction : Jean Trépanier
Année : 2006

Mémoire sur le portail de l’Université de Montréal 

Moisan, Frédéric
Université de Sherbrooke

Titre : Le traitement judiciaire de la délinquance juvénile à la Cour de bien-être social pour le district de St-François (1950-1977)
Direction : Louise Bienvenue
Année : 2011

Nadon, Valérie
Université du Québec à Montréal

Titre : La Maison St-Janvier du Sault-au-Récollet : deux institutions charitables et leurs relations avec l’archevêché et l’État, 1877 à 1955
Direction : Martin Petitclerc
Direction : Jean-Marie Fecteau†
Année : 2014

Rapport de recherche en histoire appliquée

Résumé : Ce rapport de recherche porte sur la maison Saint-Janvier et les deux communautés religieuses qui l’ont habitée et gérée entre 1877 et 1954. Située au Sault-au-Récollet, ce sont tout d’abord les Soeurs de la Providence qui s’y installent afin de prendre soin des prêtres retraités puis, en 1903, ce sont les Soeurs de Miséricorde qui y ouvrent une annexe de la crèche de la Maternité catholique de Montréal. À travers cette étude, nous tentons de démontrer les rapports de pouvoir et les relations entre ces communautés féminines, la hiérarchie catholique et l’État. Le changement de garde qui s’effectue en 1903 est inusité et relève des volontés de Monseigneur Bruchési qui demande aux Soeurs de la Providence de quitter les lieux pour y installer les Soeurs de Miséricorde. L’histoire de cette première communauté au Sault-au- Récollet démontre clairement les relations qui peuvent parfois être tendues avec la hiérarchie catholique. Toutefois, celle des Soeurs de Miséricorde qui leur succèdent démontre les zones grises où le paternalisme peut parfois avoir des retombées positives. La période où les Soeurs de Miséricorde y tiennent une crèche permet également de saisir l’importance de l’État pour les communautés oeuvrant dans le domaine de l’assistance sociale, plus particulièrement auprès des enfants. En effet, l’aide apportée par le gouvernement par l’instauration de la Loi de l’Assistance publique en 1921 doit être signalée. Toutefois, l’État, tout comme l’Église, ne représente pas toujours un apport positif pour les religieuses. En effet, lorsque les soeurs entreprennent de relocaliser les garçons hors de la crèche, alors que le système d’assistance publique est à bout de souffle, la finale de cette fermeture est teintée de l’entente entre Duplessis et les hautes instances religieuses du Québec. Malgré les zones d’ombre et les silences entourant cette fermeture en 1954, on peut supposer que les derniers garçons à quitter les lieux font partie de ceux que l’on appelle désormais les Orphelins de Duplessis. Ces derniers moments de la crèche des Soeurs de Miséricorde, tout comme le départ des Soeurs de la Providence, démontrent le peu de pouvoir que les religieuses ont réellement concernant les décisions importantes au sein de leurs oeuvres.

Nazon, Évy Aude
Université d’Ottawa

Titre : Le concept de la qualité de vie : représentation dans les revues infirmières francophones du Québec
Direction : Marie-Claude Thifault
Année : 2011

Mémoire sur le portail de l’Université d’Ottawa

Résumé : Ce mémoire porte sur l’évolution des conditions de travail des infirmières selon le concept de la qualité de vie. Sur un intervalle d’un demi-siècle, nous avons étudié le discours des élites infirmières à travers deux revues professionnelles francophones, La Garde-Malade Canadienne-Française de 1928 à 1938 et L’infirmière du Québec de 1993 à 2003. À partir des articles et rubriques publiés, le discours des élites témoigne du peu d’importance qu’elles accordent à la qualité de vie des infirmières tout en montrant leur volonté de faire valoir les acquis de la profession notamment la reconnaissance professionnelle des infirmières. Par ailleurs, la récurrence de certains thèmes de publication, l’absence d’articles sur la qualité de vie et la persistance de l’image vocationnelle de l’infirmière indique une lenteur dans l’évolution des mentalités quant à la perception sociale des femmes au tournant du XXIe siècle.

Nguiagain, Bénédict
Université du Québec à Montréal

Titre : Crise agricole et structure sociale dans la paroisse de Pointe-aux-Trembles autour de 1830
Direction : Martin Petitclerc
Année : 2014

Rapport de recherche

Nootens, Thierry
Université de Sherbrooke

Titre : « To be Quiet, Orderly, Obedient and Industrious ». La normalité en Estrie au 19e siècle d’après l’interdiction des « malades mentaux »
Direction : Peter Gossage
Année : 1996

Mémoire sur le portail de l’Université de Sherbrooke

Ouvrard, Gaëlle
Université d’Angers

Titre : La série P65,S6 « secteurs de la JEC » et les assistants religieux dans la jeunesse étudiante catholique
Direction : Jean-Marie Fecteau†
Direction : Jacques-Guy Petit
Année : 1998

Parenteau-Saudrais, Guillaume
Université de Sherbrooke

Titre : Maris et pères devant les tribunaux civils québécois, 1900-1920
Direction : Peter Gossage
Direction : Thierry Nootens
Année : 2010

Mémoire sur le portail de l’Université de Sherbrooke

Parisien, Tammy
Université d’Ottawa

Titre : Les John Schools: analyse d’un type d’intervention pénale volontaire
Direction : Isabelle Perreault
Année : 2016

Pelletier, Bastien
Université du Québec à Montréal

Titre : Les agents de probations à la cour des jeunes délinquants de Montréal, 1912-1949
Direction : Jean-Marie Fecteau†
Direction : Jean Trépanier
Année : 2000

Petit, Kim
Université de Sherbrooke

Titre : Le projet pédagogique de Radio-Collège dans la décennie 1940. La conservation des institutions scolaires traditionnelles et la promotion des sciences
Direction : Louise Bienvenue
Direction : Léon Robichaud
Année : 2007

Mémoire sur le portail de l’Université de Sherbrooke

Perras-Foisy, Jules-Valery
Université de Sherbrooke

Titre : Ces adultes qui entraînent les jeunes dans le vice… : le profil des adultes ayant comparu devant la Cour de Bien-Être social du district de Saint-François (1950-1977)
Direction : Louise Bienvenue
Année : 2018

Mémoire sur le portail de l’Université de Sherbrooke

Résumé : Depuis la deuxième moitié du XIXe siècle, les gouvernements canadien et québécois s’efforcent de modifier les dispositifs judiciaires et sociaux pour protéger et réformer les enfants considérés comme délinquants. Dans les années 1950, le Québec effectue une réorganisation complète des tribunaux juvéniles, transférant alors la compétence juridique de la Cour des jeunes délinquants à la Cour de Bien-Être social (CBES). C’est sur cette dernière institution que porte notre recherche. La période visée va de 1950 à 1977, soit la durée de vie complète de ce tribunal particulier. Notre mission au coeur de cette étude est de réfléchir sur l’évolution du traitement de la délinquance juvénile en analysant exclusivement le profil des adultes qui comparaissent devant la Cour de Bien-Être social du district de Saint-François en vertu de la Loi concernant les jeunes délinquants (LJD). En examinant les archives de cette CBES, nous abordons donc la question suivante : quel traitement la Cour réservait-elle à ces adultes judiciarisés et comment évolue le profil de cette population spécifique entre 1950 et 1977? En nous appuyant sur les informations disponibles dans les dossiers judiciaires de la CBES de Saint-François, nous observons que le profil type et le traitement des adultes accusés se transforment considérablement avec le tournant de la Révolution tranquille. Dès 1960, les cas les plus lourds de la justice juvénile (violence juvénile, délits à caractère sexuel, etc.) sont de plus en plus présents au sein de la Cour et le traitement judiciaire devient beaucoup plus systématique et subtil dans sa démarche.

Perreault, Lisa-Marie
Université Laval

Titre : « Beauty is your duty »: féminité, citoyenneté et cosmétiques aux États-Unis, 1939-1946
Direction : Aline Charles
Année : 2019

Petitclerc, Martin
Université du Québec à Montréal

Titre : Vers un état-providence maternaliste ? : état, famille et société civile au Vermont, 1910-1920
Direction : Jean-Marie Fecteau†
Direction : Albert Desbiens
Année : 1999

Résumé : Cette recherche porte sur la question de l’apport du maternalisme dans la structuration des politiques sociales au début du vingtième siècle au Vermont. À cette époque, selon l’historiographie américaine récente, certains groupes de femmes, en se réclamant de l’autorité que leur conférait leur rôle maternel, seront particulièrement efficaces à engager l’État sur la voie de la protection sociale de la femme et de l’enfant. Cette influence des maternalistes reflétait plus généralement une nouvelle volonté collective de prendre en charge les problèmes de la famille qui ouvrait de larges possibilités pour un interventionnisme d’État. Dans le contexte vermontois, cette volonté s’est exprimée par l’organisation de deux coalitions qui ont tour à tour réussi à faire adopter par le Législateur deux projets politiques maternalistes importants: la limitation du temps de travail féminin et la fondation d’un programme de pensions aux mères nécessiteuses.

En voulant rebâtir le lien social par le recours aux valeurs maternelles, les maternalistes vermontoises voyaient dans le travail des femmes un obstacle à leur projet politique de renforcer la famille plus ou moins disloquée par l’avènement de la société industrielle. En intervenant dans les lieux de travail, les maternalistes devaient s’allier avec le mouvement ouvrier qui partageait, avec l’Épiscopat diocésain protestant, une vision différente de la protection sociale. Pour eux, la limitation du temps de travail féminin, qui devait réduire la concurrence des femmes sur le marché du travail, s’inscrivait dans un projet politique plus général visant à faire de l’État le protecteur de l’homme-pourvoyeur. Ainsi, l’adoption de la loi sur la limitation du travail féminin n’était pas dénuée d’ambiguïté: en voulant s’attaquer aux mauvaises conditions de travail des femmes dans les usines, la coalition affirmait le principe d’une protection de l’État qui tendait à repousser les femmes dans la sphère privée de la famille.

Cinq années plus tard, la loi sur les pensions aux mères nécessiteuses a été adoptée dans un contexte différent. Pour les maternalistes, les pensions aux mères nécessiteuses devaient permettre aux femmes «méritantes» qui ne 15 pouvaient compter sur le revenu d’un homme-pourvoyeur (les mères veuves), de recevoir une assistance afin de préserver la famille naturelle. En intervenant dans le champ de l’assistance, les maternalistes devaient s’allier avec les administrateurs du système d’assistance qui, mieux implantés au Capitol et dans les structures étatiques, étaient beaucoup plus à même d’imposer leur projet politique. Ces derniers, influencés par les principes de l’assistance institutionnelle et de la charité scientifique, promouvaient le bris des familles nécessiteuses et le placement des enfants comme stratégie principale de prise en charge des problèmes sociaux. Dans ce contexte, les pensions aux mères nécessiteuses, malgré le succès législatif des maternalistes, demeureront jusqu’au New Deal une alternative peu exploitée. De plus, en identifiant l’image de la femme méritante à celle de la mère veuve, les pensions aux mères nécessiteuses constitueront par la suite un lourd héritage qui marquera les rapports entre l’État et la famille jusqu’à aujourd’hui.

Pinard, Mathieu
Université du Québec à Trois-Rivières

Titre : Les accidentés du travail à l’ère des poursuites judiciaires: le cas du district d’Arthabaska, 1920-1929
Direction : Yvan Rousseau
Année : 2018

Plowright, Isobel
Concordia University

Titre : Repentance could weep unseen: Maison Sainte-Madeleine 1850-1975
Direction : Peter Gossage
Direction : Emer O’Toole
Direction : Rhona Richman Kenneally
Année : 2017

Mémoire sur la plateforme de l’Université Concordia

Pomerleau, Colette
Quesney, Chantale
Quilleré, Éric
Université du Québec à Montréal

Titre : L’implication jésuite dans la modernité québécoise de 1940 à 1960 à travers Jacques Cousineau : syndicaliste, professeur, journaliste, personnaliste et homme de Dieu
Direction : Martin Petitclerc
Année : 2011

Mémoire sur Archipel

Résumé : Ce mémoire s’intéresse à un homme qui fut représentatif de la mouvance de l’Église catholique au Québec entre 1942 et 1950. En pleine période duplessiste, il a fait partie d’un groupe de prêtres formés en Europe à l’éthique personnaliste. Ces clercs ont eu une certaine influence au sein de l’Église et du mouvement ouvrier en mettant de l’avant un projet visant à réformer le monde moderne libéral et capitaliste. Pour ce faire, Jacques Cousineau et ses collègues ont entrepris une vaste campagne d’éducation sociale visant les milieux scolaires, ouvriers, religieux et le grand public. Pour bien comprendre l’orientation de ce jésuite, nous pensons qu’il est nécessaire de se pencher sur un courant de pensée l’ayant influencé, c’est-à-dire le personnalisme. Nous voulons être en mesure de mieux comprendre le Québec des années 40 et 50, ainsi que la raison du « virage à gauche » d’un groupe de clercs qui vont influencer, à la fin des années 1940, les autorités religieuses. En tant que journaliste, Cousineau a suivi les grands débats de son époque. Il s’est opposé à Duplessis sur le Code du travail. À la fin des années 40, ses énergies ont été grandement monopolisées par l’affaire silicose, la grève de l’amiante et la rédaction de la Lettre sur le problème ouvrier. Entre 1950 et 1956, Cousineau est forcé au mutisme par la hiérarchie catholique et ne s’implique plus dans aucun dossier d’ordre social. Deux grands débats font revenir Cousineau sur la place publique. Celui qui a eu lieu entre lui et Trudeau à propos de la grève d’Asbestos retient d’abord notre attention. L’autre débat se rapporte à la laïcisation de la CTCC à la fin des années 50. À travers ces quelques éléments qui ont façonné l’implication de Jacques Cousineau dans le monde syndical, nous croyons être en mesure de mieux comprendre les grandes lignes idéologiques qui l’ont guidé de même que l’impact qu’il a eu dans son milieu. Notre hypothèse, inspirée par les travaux récents sur le catholicisme, soutient que pour trouver les racines de la modernité québécoise, l’on ne peut passer à côté du travail fait par un groupe de clercs progressistes animé par une nouvelle conception de la doctrine sociale de l’Église. Dans les années 40 et 50, ces clercs progressistes, en formant notamment une nouvelle génération de laïcs, ont largement contribué au processus de transformation sociale qui mènera à la Révolution tranquille. L’image collective que nous avons du lien entre l’Église et Duplessis, si elle s’applique bien aux années 50, ne peut en aucun cas être dupliquée sur celle des années 40. Nous allons tenter d’expliquer quelles en sont les raisons.

Ratté, Julie
Université de Sherbrooke

Titre : Analyse comparée méthodologique du traitement journalistique de l’événement du Lundi de la matraque, 24 juin 1968
Direction : Louise Bienvenue
Année : 2013

Robert, Camille
Université du Québec à Montréal

Titre : «Toutes les femmes sont d’abord ménagères» : Discours et mobilisations des féministes québécoises autour du travail ménager (1968-1985)
Direction : Martin Petitclerc
Co-direction : Marie-Pierre Boucher
Année : 2016

Résumé : Dans la présente étude, nous proposons une analyse des discours sur le travail ménager, ainsi qu’un examen des différentes avenues de reconnaissance envisagées par les féministes québécoises. En analysant les publications de collectifs féministes, de groupes de femmes et d’organismes liés à la condition féminine, nous pouvons affirmer que le travail ménager a été un thème marquant pour le cheminement théorique et militant du mouvement des femmes. Bien qu’omniprésent dans les discours féministes des années 1970 et 1980, des collectifs plus radicaux aux associations féminines réformistes, il a été bien rapidement oublié dans les bilans et dans l’historiographie. Nous tenterons alors de mettre de l’avant les discours féministes sur la reconnaissance du travail ménager comme élément de continuité au sein du mouvement féministe.

Robert, Martin
Université du Québec à Montréal

Titre : Disposer de son cadavre. La naissance de la crémation au Québec 1874-1914
Direction : Martin Petitclerc
Année : 2015

Mémoire sur Archipel

Résumé : Ce mémoire porte sur les débats politiques, religieux et scientifiques ayant entouré la naissance de la crémation des cadavres humains, au Québec. En 1901, l’Assemblée législative du Québec adopte une loi autorisant la fondation du premier crématorium au Canada, au cimetière Mont-Royal. Cet événement est une des manifestations de la montée en puissance des mouvements crématistes modernes qui, dès la fin du 18e et plus intensément à la fin du 19e siècle, militent dans plusieurs pays pour réintroduire, après dix-sept siècles d’abandon de ce « rituel païen » dans toutes les sociétés de tradition chrétienne, la crémation en Occident. Susceptible de s’appliquer à tous les chrétiens, cette pratique se heurte à une forte opposition de la part du clergé catholique. Le Saint-Office de Rome publie en 1886 deux décrets interdisant la crémation pour tous les catholiques, dans une tentative de contenir la propagation des associations crématistes en Europe et ailleurs. Dès 1874, la revendication crématiste atterrit au Québec et se manifeste par la parution d’articles de revues et de journaux. Alors, le monopole de l’Église sur la gestion temporelle et spirituelle des morts est un des plus puissants ressorts de son pouvoir sur la société. L’inhumation fonde ce pouvoir. Par ce rituel, on accorde aux morts le repos éternel, après avoir établi la valeur de la vie vécue. Chez les catholiques, le rituel funéraire est donc au cœur de la pratique religieuse. C’est une des voies de passage cruciales dans la reproduction de la communauté de croyants. Le clergé catholique se montre donc intransigeant envers les crématistes, au 19e siècle, puisque toute dissidence relative au rituel funéraire consacré par l’Église risque de fragiliser le système de représentations qui fonde la communauté de croyants sur laquelle le clergé catholique gouverne. Ce mémoire vise, par l’étude spécifique des mouvements crématistes, à retracer ce lien, indissociablement culturel et politique, entre disposition des cadavres et pouvoir social dans le Québec du 19e siècle. J’étudie ici les mutations de la société québécoise de 1874 à 1914, par l’entremise des polémiques entourant son rapport aux cadavres.

Robert, Thierry
Université de Sherbrooke

Titre : Le Québec à l’âge des loisirs. L’évolution de la représentation du loisir pour la jeunesse dans le discours de la Confédération des loisirs du Québec de 1961 à 1978
Direction : Louise Bienvenue
Année : 2008

Mémoire sur le portail de l’Université de Sherbrooke

Robert, Caroline
Université du Québec à Montréal

Titre : « À qui la faute? » : le second mouvement de tempérance et l’état au Québec (1870-1922)
Direction : Martin Petitclerc
Année : 2019

Mémoire sur Archipel

Résumé : Le tournant du XXe siècle est marqué, au Québec, comme ailleurs en Occident, par une préoccupation grandissante face aux vices, motivée par les bouleversements socio-économiques qui transforment la société. Rapidement, l’alcool et sa consommation abusive sont identifiés, notamment dans l’esprit des membres de l’élite, comme le principal enjeu social du moment. Considérée depuis longtemps, dans la théologie chrétienne, comme un vice de l’âme, l’intempérance, avec l’apparition des nouvelles théories médicales et sociales, devient une menace pour la reproduction biologique et sociologique de la société. Les préoccupations face à l’alcool n’étaient pas chose nouvelle. Cependant, à partir de 1870, un imposant mouvement de tempérance se met en place avec, à sa tête, des associations telles que la Quebec Branch of the Dominion Alliance for the Total Suppression of the Liquor Traffic, la Woman’s Christian temperance Union of the Province of Que bec, les Ligues antialcooliques de Québec et de Montréal et le comité de tempérance de la Fédération nationale Saint-Jean-Baptiste. Ce mouvement participe à une importante production de discours sur l’alcool où la question de la responsabilité est centrale. À l’aide des publications antialcooliques, des archives ~es associations en faveur de la tempérance et des documents légaux et politiques, entre 1870 et 1922, nous cherchons, dans un premier temps, à comprendre comment les discours sur la responsabilité, tant du problème de l’intempérance que de sa résolution, ont structuré les manières d’agir et, ensuite; comment ils ont modelé, d’une part, les identités de classes et de genres et, d’autre part, les rapports de pouvoir et la formation de l’État au sein de la société québécoise du tournant du XXe siècle. Ce mouvement de tempérance nous permet de comprendre un mécanisme social récurrent, l’attribution de la responsabilité des problèmes sociaux à certains groupes de personnes en fonction de leur style de vie. Les nombreux discours sur la question de l’alcoolisme ont participé au cours de cette période à stigmatiser certaines franges de la population en rapport avec la consommation d’alcool. De plus, ce mouvement nous permet de voir une transformation dans le rôle attribué à l’État. La population lui demandait maintenant de jouer un rôle plus important dans la gestion de la question sociale. La réponse du gouvernement québécois, avec la création de la Commission des liqueurs de Québec, en 1921, témoigne de profonds changements dans l’approche face aux régulations sociales de l’alcool.

Rousseau, Florence
Université Laval

Titre : De l’inconduite à l’intempérance: contrôler le désordre dans le port de Québec (1850-1875
Direction : Donald Fyson
Direction : Johanne Daigle
Année : 2017

Mémoire sur la plateforme de l’Université Laval

Résumé : La période 1850-1875 est un véritable « âge d’or » pour les activités portuaires dans la ville de Québec, mais également un sommet en termes de nombre d’arrestations pour désordre. Ce mémoire vise à examiner la répression du désordre urbain dans la ville portuaire de Québec et les effets de la saison estivale de navigation qui, par le gonflement temporaire de la population, mettait à l’épreuve l’ensemble des institutions urbaines. L’appareil judiciaire et pénal a dû s’adapter à l’intensité saisonnière du désordre, de façon à répondre aux nouvelles exigences établies par les élites urbaines, notamment en ce qui a trait à l’exercice d’une justice plus expéditive. Cette ambition d’une gestion efficace du désordre saisonnier s’est rapidement heurtée à des ressources carcérales limitées. La présence des marins ne semble pas être l’unique dénominateur permettant d’expliquer l’intensité de la répression du désordre pendant l’été. Par ailleurs, les mesures prises pour réprimer les délits des marins en matière de discipline maritime, notamment en termes de manque au devoir et de désertion, répondirent davantage aux impératifs des intérêts économiques qu’à une volonté réelle de contrôler et d’enrayer le problème. Enfin, ce mémoire permet de mieux comprendre le rôle de la ville portuaire de Québec dans le dynamisme du commerce transatlantique dans la seconde moitié du XIXe siècle.

Roy, Mélanie
Université de Montréal

Titre : Le renvoi des jeunes contrevenants aux tribunaux pour adultes : la loi et les pratiques
Direction : Jean Trépanier
Direction : Anne-Marie Roy
Année : 2003

Mémoire sur le portail de l’Université de Montréal

Résumé : La mesure d’exception de renvoi des adolescents vers les tribunaux pour adultes qui était prévue par la Loi sur les jeunes contrevenants, désormais abolie, est le sujet de cette recherche. Depuis quelques années, des modifications apportées à la mesure de renvoi sont venues faciliter la procédure permettant d’envoyer un adolescent devant la juridiction criminelle adulte. Les années qui se sont écoulées depuis les amendements législatifs apportés en 1992 et 1995 à la mesure de renvoi et les nouveaux changements apportés par la récente Loi sur le système de justice pénale pour les adolescents soulèvent inévitablement plusieurs questions. La question principale de recherche concerne plus particulièrement l’étude des perceptions des différents acteurs impliqués (juges, procureurs de la Couronne et avocats de la défense) dans le processus judiciaire quant aux changements sur leur pratique et ce, dans le contexte des amendements législatifs. Nous voulons vérifier si les changements apportés permettent toujours aux différents praticiens de privilégier en matière de renvoi les mesures de traitement, de réhabilitation, d’aide ou d’éducation. Par l’analyse des résultats d’entrevues que nous avons effectuées avec différents acteurs judiciaires, nous concluons que les perceptions sont à l’effet qu’il n’y a eu que peu de modifications aux pratiques. Les différents acteurs perçoivent qu’ils ont pu, malgré les amendements, privilégier la réhabilitation de l’adolescent et ce, malgré le fait qu’ils aient aussi la perception que les modifications apportées aient un caractère de plus en plus répressif.

Roy, Michelle
Université de Sherbrooke

Titre : L’évolution de la figure paternelle dans les publicités du journal La Tribune au XXe siècle
Direction : Louise Bienvenue
Année : 2007

Mémoire sur le portail de l’Université de Sherbrooke

Russ-Hogg, Tyler

McGill University

Titre : The Long Road to Marketing Legislation: Agricultural Unionism and Cooperative Enterprise in Twentieth Century Quebec
Direction : Peter Gossage
Année : 2017 – 2020

St-Hilaire-Gravel, Philippe
Université du Québec à Montréal

Titre : Fruits des institutions et récoltes populaires étude sur la portée sociale du jardinage communautaire à Montréal de 1909 à 1990
Direction : Martin Petitclerc
Année : 2014

Mémoire sur Archipel

Résumé : Cette étude sur le jardinage communautaire à Montréal se base sur la littérature existante concernant le jardinage urbain en Amérique du Nord et sur différents fonds d’archives montréalais. Son but est de cerner le processus complexe d’institutionnalisation de ces jardins qui se retrouvent au cœur de la politique municipale montréalaise dans les années 1970 et 1980. À travers la documentation du rôle des associations réformistes anglophones, de la Ville de Montréal et de la Ligue ouvrière catholique, ce texte démontre la subordination des jardins communautaires au contexte social de la première moitié du 20ème siècle et à ses forces. Plus tard, dans les années 1970, un nouveau type de jardin s’articule avec le renouveau des rapports sociaux. Nés entre 1974 et 1980 de la collaboration des instances municipales de l’administration Drapeau avec des groupes populaires montréalais, les jardins deviennent rapidement dépendants de la Ville. À travers l’étude des archives de la Ville et du Jardin botanique de Montréal, nous explorons ces relations. Après la période de création populaire des premiers jardins, la Ville s’approprie la légitimité de les créer. À partir de 1980, dépendants des ressources fournies par le Jardin botanique, les groupes lui sont redevables de leur existence. Les années 1980 voient le jardin communautaire perdre son autonomie à choisir son emplacement, puis celle de son organisation interne. En 1986, le Rassemblement des citoyens de Montréal déloge l’Action civique et le jardinage communautaire subit un ralentissement. Par la suite, la nouvelle administration lui donne sa forme actuelle en systématisant les pratiques de jardinage sous la gestion des arrondissements. Nous en arrivons à la conclusion que cette vague de jardins s’inscrit dans les mêmes rapports de dépendance aux institutions quant à leur légitimité à occuper le sol urbain que les vagues précédentes, tout en constituant un champ d’études unique quant à l’autonomie des groupes populaires en matière de potagers.

St-Georges, Valérie
Université de Montréal

Titre : « La force, la grâce, la souplesse »: L’éducation physique des jeunes filles canadiennes-françaises à Montréal, 1860-1920
Direction : Ollivier Hubert
Année : 2017-2017

St-Hilaire, Mathieu
Université de Sherbrooke

Titre : Le paradoxe du mouvement punk anglais : de la destruction nihiliste à l’émergence d’un projet artistique constructif de la jeunesse anglaise, de 1977 à 1984
Direction : Louise Bienvenue
Année : 2012

Mémoire sur le portail de l’Université de Sherbrooke

Saint-Victor, Alain
Université du Québec à Montréal

Titre : L’immigration haïtienne au Québec, 1970-1990
Direction : Martin Petitclerc
Année : 2017

Thifault, Marie-Claude
Université du Québec à Montréal

Titre : Folie et déviance des femmes au Québec [1901-1913]
Direction : Jean-Marie Fecteau†
Année : 1994

Tremblay Lamarche, Alex
Université Laval

Titre : La mixité culturelle au sein des élites québécoises au XIXe siècle: l’exemple de la famille marchand
Direction : Donald Fyson
Année : 2014

Mémoire sur le portail de l’Université Laval

Résumé : Ce mémoire met en lumière la mixité culturelle au sein des élites québécoises entre 1791 et 1900 en se penchant sur une de ses dimensions les plus intimes : la famille. En nous penchant sur l’exemple de la famille de l’ancien premier ministre Félix-Gabriel Marchand, nous montrons que ces couples s’inscrivent dans les mêmes stratégies de reproduction sociale que les élites endogames. Toutefois, la mixité les amène à revoir les structures familiales et à adopter une culture mixte qui n’est pas très éloignée de chacun des deux milieux. En effet, les élites partagent une culture commune tout en ayant leurs particularités à cette époque. En nous appuyant essentiellement sur la correspondance de cette famille et, dans une moindre mesure, sur le journal intime de Joséphine Marchand, nous montrons également que les enfants nés de ces unions adoptent rapidement la culture d’un des deux parents – dans ce cas-ci, celle du père. Cependant, cela ne les empêche pas de conserver une plus grande ouverture au groupe ethnolinguistique duquel est issu leur second parent et de s’imposer comme un pont entre ces deux communautés.

Tremblay, Éric
Université du Québec à Chicoutimi

Titre : L’ouverture du Saguenay à la colonisation (1821-1842)
Direction : François Guérard
Année : 2015

Mémoire sur le portail de l’UQAC

Résumé : Les premières décennies du XIXe siècle sont marquées au Québec par le développement d’un intérêt particulier pour l’ouverture de l’arrière-pays de l’axe du fleuve Saint-Laurent à la colonisation. L’ouverture des postes du roi, c’est-à-dire du Saguenay à la colonisation, est des plus intéressante. Abordée par plusieurs historiens, elle a été traitée de différentes façons depuis plus d’un siècle, principalement pour la période qui commence au milieu du XIXe siècle. Par contre, l’étude des années précédant l’ouverture de la région à la colonisation n’a généralement pas dépassé la simple retranscription des chroniqueurs anciens et de sources maintes fois utilisées. Nous avons donc revisité cette période, plus particulièrement celle qui débute avec la mise en place du premier comité des terres de la Couronne (1821) jusqu’à l’ouverture officielle de la région à la colonisation (1842). Cette étape charnière de l’histoire de la région du Saguenay—Lac-Saint-Jean met en perspective, voire en concurrence, les barons de la fourrure, les capitalistes marchands de bois, les agriculteurs et les marchands de Charlevoix, ainsi que le gouvernement du Bas-Canada. Les rapports complexes entre ces différents acteurs sont analysés ici, plus précisément les rôles respectifs de la bourgeoisie marchande, du gouvernement et des politiciens, des compagnies de fourrures, des Amérindiens des postes du roi et de la petite bourgeoisie charlevoisienne dans l’ouverture du Saguenay. Bien que représentés dans l’historiographie comme étant à la solde du marchand William Price, les membres de la Société du Saguenay démontrent un impressionnant dynamisme dans leur recherche de nouveaux territoires d’exploitation. En l’absence d’un clergé qui se serait fait le promoteur d’une éventuelle colonisation, ce sont effectivement d’autres acteurs qui poussent à l’ouverture du Saguenay.

Trudel, Camille
Université du Québec à Trois-Rivières

Titre : Conditions d’existence, culture matérielle et transition au capitalisme: les inventaires après décès du district de Trois-Rivières, 1800-1900
Direction : Thierry Nootens
Année : 2016 – 2019

Valentina Moya, Silvia Maria
Université d’Ottawa

Titre : L’Espace professionnel de l’infirmière au sein d’une équipe multidisciplinaire : Clinique externe de psychiatrie de l’Hôpital Montfort, 1976-2002
Direction : Marie-Claude Thifault
Année : 2017

Mémoire sur le portail de l’Université d’Ottawa

Vanasse, Frédéric
Vojacek, Laura
Université de Montréal

Titre : L’opéra à Montréal, 1880-1910
Direction : Catherine Larochelle
Année : 2019 – 2020

Wade, Chantal
Université d’Ottawa

Titre : Évolution de la législation sur le contrôle des armes à feu entre 1892 et 1992 au Canada
Direction : André Cellard
Année : 1996

Mémoire sur le portail de l’Université d’Ottawa

Résumé : L’intérêt premier de cette etude est l’analyse de l’evolution de la legislation sur le controle des armes a feu (art. 105); en mettant l’accent sur le role des « acteurs sociaux ». Dans cette optique, il a ete juge pertinent d’etudier les modifications apportees a cette loi sur une periode d’un siecle, soit de 1892 a 1992. Afin d’explorer l’influence des acteurs sociaux par rapport a la creation de la loi, l’analyse portera sur l’evaluation des comptes rendus des debats parlementaires, des demandes de modification et du contexte. Notre objet consistait des lors a verifier l’existence d’un lien entre l’evolution de la legislation sur le controle des armes a feu (art. 105) et le contexte socio-politico-economique. La technique de collecte de donnes qui a ete privilegiee consista en une analyse documentaire des debats en Chambre et des demandes de modification. Le projet se devait d’opter pour une analyse qualitative du phenomene. Les resultats de l’analyse ont permis d’illustrer qu’ a chacun des amendements amene a la loi au cours du siecle, etait rattache une situation contextuelle a laquelle certains acteurs réagissaient. Le processur législatif, pour sa part, a temoigne plus clairement qu’espere qu’il etait fortement conduit par ces influences exterieures. Les changements dans la legislation semblent, en effet, suivre etroitement les mouvements dans les formations sociales.