Une économie de la rareté : la régulation sociale de la pauvreté à Montréal, 1840-1921. Réponses caritatives et populaires à la vulnérabilité sociale

 

Organisme(s) subventionnaire(s)

Conseil de recherches en sciences humaines du Canada (CRSH)

Années

2006-2009

Chercheur(s) CHRS

 

Cette recherche avait pour but d’analyser les différentes réponses au problème de la pauvreté à Montréal, depuis l’Acte d’Union en 1840 jusqu’à la loi de l’assistance publique québécoise de 1921. Ces réponses sont évidemment très variées, allant des projets charitables de l’élite laïque ou religieuse aux stratégies populaires de survie. L’hypothèse de base avancée par notre équipe était que la pauvreté structurelle, les initiatives populaires pour la pallier, les modes d’assistance qui veulent y répondre, relèvent tous d’une économie de la gestion des risques sociaux spécifiques au mode de régulation libérale qui se met graduellement en place en Occident au cours de ces années.